La pose d’un stérilet : principes, indications et contre-indications, précautions et risques

  1. Principes du stérilet
  2. Les indications et contre-indications
  3. Comment se déroule la pose du stérilet ?
  4. Les précautions à prendre et les risques liés à la pose du…
  5. Les risques liés au stérilet

Le stérilet est un dispositif de quelques centimètres, en polyéthylène, introduit dans la cavité utérine afin de rendre la muqueuse impropre à la nidation. Une consultation initiale permet au praticien d'évaluer la demande, de vous informer des avantages, mais surtout des risques éventuels. La pose du stérilet peut être faite par votre médecin généraliste ou par votre gynécologue. Les prémédications préalables se limitent aux anti-inflammatoires et aux antalgiques.

illustration  « Le stérilet » cliquer pour agrandir

Principes du stérilet

Le stérilet est considéré par la cavité utérine comme un corps étranger. Une réaction de rejet va alors se faire par la muqueuse pour s’en débarrasser, c’est l’inflammation. Mais comme ce rejet est en pratique impossible, la réaction inflammatoire va être permanente. Ainsi, la muqueuse utérine restera inadéquate à toute nidation, quelle que soit la période du cycle menstruel. Ceci est vrai pour tous les types de stérilets, avec cependant une note en plus pour les stérilets hormonaux. En effet, ces derniers contiennent une micro-dose de progestérone à libération progressive. Cette hormone a la particularité de provoquer une atrophie de l’endomètre. L’épaisseur de la muqueuse ne se reconstitue donc pas après les menstruations. Ici encore, la muqueuse est non-réceptive à un oeuf fécondé. Vous l’aurez donc compris, il ne s’agit pas ici d’empêcher la rencontre entre spermatozoïdes et ovule. La fécondation a déjà eu lieu, le stérilet ne peut qu’empêcher la poursuite du développement de l’oeuf fécondé. Ceci expliquerait la barrière culturelle que présente cette méthode contraceptive, puisqu’elle peut être également vue sous forme d’avortement précoce provoqué.

Les indications et contre-indications

Bien entendu, la première étape est la consultation médicale. Le praticien devra évaluer l’indication, la nécessité ou non de la pose d’un stérilet. Le stérilet est indiqué chez :

  • les femmes ayant déjà eu des enfants et souhaitant une contraception réversible, mais de longue durée
  • les femmes chez qui les contraceptions hormonales orales sont contre-indiquées ou non recommandées telles que les fumeuses

Mais il existe quelques exceptions, et seul le médecin pourra juger des contre-indications absolues, c’est-à-dire contre lesquelles on ne peut rien, et des contre-indications relatives.

Les contre-indications principales sont :

  • les jeunes femmes sans enfants
  • les femmes à comportement sexuel à risque : partenaires multiples, antécédents d’infections génitales à répétition...

D’autres contre-indications sont liées à l’état de la patiente :

  • présence de valvulopathies cardiaques
  • infection génitale en cours ou récente
  • malformations utérines : utérus bifide, cloisonné, bicorne...
  • intolérance ou surcharge en cuivre, notamment la maladie de Wilson, bien que rare.

Comment se déroule la pose du stérilet ?

La pose du stérilet se fait obligatoirement dans les trois premiers jours après le début des règles pour deux raisons :

  • ceci élime toute grossesse en cours éventuelle
  • durant cette période, le col est plus ouvert, ce qui facilite l’insertion

Tout d’abord, le médecin pratiquera un examen échographique pour déceler des éventuels problèmes qui pourraient empêcher la pose d’un stérilet, tel que des malformations utérines. Cet examen permettra également de situer l’emplacement idéal du DIU pour les femmes ayant subi une césarienne. La pose se déroule en 5 étapes :

  • la désinfection du périnée et de la vulve
  • la mesure de la profondeur de la cavité utérine, au moyen d’une tige graduée appelée hystéromètre
  • l’introduction du stérilet au moyen de l’inserteur
  • le contrôle échographique du bon emplacement du stérilet
  • la coupe des fils de sécurité

Le stérilet a la forme d’un T, comme l’utérus. Les branches du T sont repliées dans l’inserteur au moment de l’introduction du stérilet, et se déplient lorsqu’on retire celui-ci. Le mécanisme est le même que celui de l’utilisation d’un tampon avec applicateur, mais ici, l’inserteur ne fait que quelques millimètres de diamètre.

Parfois, le praticien peut avoir recours à une anesthésie locale du col utérin. Une fois l’emplacement du stérilet contrôlé à l’échographie, il faut couper les 2 fils. Trop longs, ils pourraient entraîner une gêne esthétique, trop courts, ils risqueraient de compliquer le retrait ultérieur du stérilet. En général, le médecin laisse une marge de 3 centimètres. Un contrôle sera ensuite fait dans la semaine qui suit la pose, puis 2 fois par an.

Les précautions à prendre et les risques liés à la pose du stérilet

Durant les trois ou quatre jours après la pose du stérilet vous devriez éviter tous rapports sexuels, les douches vaginales et les baignades. Vous devez contrôler régulièrement vous-même la longueur des fils de sécurité. Une modification de celle-ci témoigne d’un déplacement du stérilet, ce qui pourrait le rendre inefficace. Consultez alors immédiatement votre gynécologue. Il faut consulter un médecin dès que certains signes inhabituels apparaissent : fièvre, douleurs pelviennes, pertes malodorantes... Le port de préservatif du partenaire est toujours recommandé, le stérilet ne protégeant pas des infections sexuellement transmissibles. En cas de nécessité de prise d’anti-inflammatoire comme l’Aspirine, utilisez parallèlement une deuxième méthode contraceptive comme le préservatif ou la pilule.

Les risques liés au stérilet

  • La contraception avec 0% de risque n’existant pas, le risque de grossesse accidentelle ne peut être écarté, bien qu’étant rare
  • le stérilet favorise également la survenue des grossesses extra-utérines
  • Les infections génitales constituent le risque le plus redouté. La probabilité de ce risque est diminuée du fait de l’avènement des matériels à usage unique. Cependant, c’est un risque qui persiste même après la pose. Parmi les séquelles les plus graves de ces infections figure la stérilité, surtout en cas de salpingite.


illustration  « Le stérilet » cliquer pour agrandir

Guide infertilité

Dans cette catégorie vous trouverez des informations et des conseils sur…


Comment soigner les polypes utérins ?

Comprendre le fonctionnement et le traitement d’un polype utérin, par les…

Les verrues génitales

Les verrues génitales ou condylomes sont des excroissances bénignes de la…

Les signes de la ménopause

La ménopause signe l’arrêt définitif de l’activité des ovaires. Les symptômes…

Comment traiter la vaginite ?

Pour soigner la vaginite, il y a des traitements traditionnels et médicaux…

Le Kamasutra pour tomber enceinte

Découvrez ici les réponses aux questions qui se posent souvent sur le choix…

La contraception

Pour mener une vie harmonieuse à deux, nous vous invitons à parcourir cette…


© | illustration Dominique VERNIER - Fotolia.com

Même Rubrique

La pilule contraceptive: Environ 80% des femmes ont déjà eu recours à la pilule contraceptive. On compte plus de 100 millions de…

Les maladies des testicules: Les testicules sont des organes qui ne sont pas situés à l'intérieur du corps proprement dit, mais dans un…

Sécheresse vaginale, comment la traiter ?: Traduisant un déséquilibre de la lubrification vaginale naturelle, la sécheresse vaginale peut être source…

L’allongement du pénis: Les progrès scientifiques et médicaux ont incité les désirs des hommes à améliorer une partie de leurs…

Traiter l’endométriose: La prise en charge de l'endométriose doit principalement tenir compte de l'avenir obstétrical de la…

Comment prévenir le papillomavirus humain ?: Le papillomavirus humain est une maladie sexuellement transmissible qu'on peut contracter par tout type…

Diagnostiquer et traiter les kystes ovariens ?: Un diagnostic efficace des kystes de l'ovaire peut se faire grâce à un simple toucher vaginal effectué par…

Thématique

Les différentes formes de trisomie: Chaque année, environ 900 enfants atteints de trisomie 21 naissent en France. Ces enfants présentent une…

Qu’est-ce que la trisomie ?: La trisomie est une condition assez répandue. Les statistiques montrent qu'il y aurait approximativement…

Les bouffées de chaleur et l’homéopathie: Les bouffées de chaleur figurent parmi les manifestations de la ménopause, et elles touchent une femme sur…

Argile verte et hygiène bucco-dentaire: Les propriétés de l'argile verte sont connues depuis l'Antiquité. Extraite des carrières et soigneusement…

Les dangers de la mésothérapie: La mésothérapie est une méthode déjà utilisée depuis plus de 50 ans pour maigrir et pour éliminer la cellulite.…

Réduire la nervosité avec l’Escholtzia: L'Escholtzia est principalement utilisé pour combattre l'anxiété et pour retrouver un sommeil paisible. Elle…

Traitement homéopathique des panaris: Se formant sur un doigt ou sur un orteil, entre l'ongle et la peau, le panaris est une infection bénigne…