Symptômes de la rubéole chez le nouveau-né, l’enfant et l’adolescent, la femme enceinte

  1. La rubéole chez les enfants et les adolescents
  2. Manifestations de la rubéole chez les enfants et les adolescents
  3. Les complications de la rubéole chez l’enfant et l’adolescent
  4. La rubéole chez l’adulte
  5. Manifestations de la rubéole chez l’adulte
  6. Complications possibles chez l’adulte
  7. La rubéole chez la femme enceinte
  8. Les malformations congénitales possibles au cours de la…

La rubéole est transmise par le Rubivirus. La vaccination systématique des jeunes filles ainsi que la sérologie de contrôle au cours de la grossesse permet de prévenir les pires complications. Cette maladie de la petite enfance peut se répandre très vite puisque la contagion est possible bien avant l'apparition des premiers symptômes jusqu'à plusieurs semaines après. Par ailleurs, il est rare qu'elle se manifeste dans sa forme complète.

illustration  « La rubéole » cliquer pour agrandir

La rubéole chez les enfants et les adolescents

Seule la vaccination protège de la rubéole. Elle est le plus souvent contractée au cours de l’enfance, avec une incidence marquée entre 4 et 11 ans. La contagion est possible avant l’apparition des éruptions cutanées et bien après leur disparition.

Manifestations de la rubéole chez les enfants et les adolescents

Typiquement, la rubéole évolue en trois phases : l’incubation, la phase de début et la phase d’état. L’incubation correspond à l’intervalle de temps entre la contamination ou l’infection proprement dite et l’apparition des premiers symptômes. Il s’agit donc d’une phase silencieuse au cours de laquelle la contagion est cependant tout à fait possible. Celle-ci se fait par transmission interhumaine, par l’intermédiaire des gouttelettes de salive. En effet, les virus sont émanés à partir de celles-ci. Cette incubation dure en moyenne une à deux semaines. Vient ensuite la phase de début, marquée par l’apparition d’une fièvre anodine, dépassant rarement les 38,5 degrés. Cette phase est également marquée par l’apparition de ganglions au niveau de la région cervicale. Ces ganglions sont non douloureux et peu nombreux. Parfois il y a une pharyngite pouvant fausser le diagnostic. La phase d’état correspond à l’acné de l’infection. Elle est marquée par l’apparition d’éruptions cutanées le plus souvent sans relief ou macules. La fièvre disparaît dès que les éruptions apparaissent. Elles sont non prurigineuses et persistent durant 3 à 5 jours. Ces éruptions apparaissent tout d’abord au niveau du visage avant de s’étendre au niveau du cou, puis des membres supérieurs et du tronc.

Les complications de la rubéole chez l’enfant et l’adolescent

Les complications sont rares, et ne surviennent en général que sur un terrain fragile immunodéprimé ou malnutri. Ces complications sont surtout liées à une méconnaissance du diagnostic ou à un diagnostic tardif. En effet, dans la majorité des cas cliniques rencontrés, la rubéole peut se manifester sans éruptions cutanées, ou sans fièvre. La forme typique est rare. Ces complications sont surtout dominées par :

  • une polyarthrite ou inflammation simultanée de plusieurs articulations
  • une méningite ou atteinte des méninges
  • une encéphalite ou inflammation cérébrale

La rubéole chez l’adulte

La systématisation de la vaccination contre la rubéole n’a été adoptée que depuis deux décennies. Ceci explique l’existence d’un grande part d’individus non immunisés, c’est-à-dire n’ayant jamais contracté la rubéole ou n’ayant jamais été en contact avec le rubivirus.

Manifestations de la rubéole chez l’adulte

Chez l’adulte, la rubéole peut revêtir une forme inhabituelle. Les ganglions peuvent être remplacés par un syndrome grippal marqué par des céphalées, une asthénie et un écoulement nasal. L’éruption cutanée est également absente dans la majorité des cas. Aucun de ces symptômes n’est propre à la rubéole. En effet, tous ces signes se rencontrent également au cours d’ autres infections virales comme la mononucléose, la rubéole, l’infection à EBV...

Complications possibles chez l’adulte

La polyarthrite est la complication la plus fréquemment rencontrée chez l’adulte, notamment chez les femmes. Généralement il s’agit d’une inflammation d’évolution régressive en 3 à 5 jours. En cas de formes rebelles, il est nécessaire de prescrire un traitement particulier afin de préserver les articulations. La baisse de la concentration en globules blancs dans le sang explique l’hypersensibilité de l’individu aux autres infections au cours de la rubéole.

La rubéole chez la femme enceinte

Lorsque la rubéole est contractée au cours de la grossesse, il y a surtout un risque chez le foetus. Le risque de foetopathies est maximal au cours des premières semaines de grossesse. Ensuite, la gravité de l’atteinte foetale décroît avec l’âge de la grossesse.

Les malformations congénitales possibles au cours de la grossesse

La rubéole constitue un risque foetal majeur surtout au cours de la phase de l’embryogénèse. Cette infection peut provoquer :

  • un avortement spontané
  • des malformations oculaires : la cataracte congénitale, la microphtalmie
  • des malformations neurologiques à l’origine d’une microcéphalie, d’une arriération mentale
  • des malformations cardiaques comme la communication interventriculaire, la communication interauriculaire, la tétralogie de Fallot...

La rubéole congénitale

Si le foetus survit à l’infection, il peut cependant présenter quelques malformations et autres manifestations à sa naissance. Outre les malformations précitées, le nouveau-né peut présenter une hypertrophie des organes hématopoïétiques comme le foie ou la rate, témoin d’une compensation réactionnelle face à l’anémie et à la baisse du taux des plaquettes. De plus, ce nouveau-né présentera un ictère néonatal précoce, des troubles neurologiques à type d’hypotonie de convulsions, d’agitation ou au contraire de somnolence pathologique...La rubéole congénitale reste contagieuse pendant les 6 premiers mois de vie. Malheureusement, seule une faible minorité de ces bébés dépassent le cap de leur première année. On ne peut alors qu’encourager les mesures préventives à l’égard de cette infection : vaccination systématique des jeunes femmes en âge de procréer, sérologie de contrôle obligatoire des femmes enceintes, vaccination de celles-ci en cas de non-immunisation, uniquement après l’accouchement.



illustration  « La rubéole » cliquer pour agrandir

La gastro-entérite de bébé

La gastro-entérite de bébé est généralement bénigne. La connaissance des…

Vaccinations obligatoires de bébé

Les maladies infectieuses de la petite enfance représentent un danger de par…

L’obésité chez l’enfant

L’obésité chez l’enfant ne doit pas être prise à la légère car si elle persiste…


© | illustration stuchin - Fotolia.com

Thématique

Arrêter la pilule: Les femmes décident d'arrêter la pilule pour des raisons diverses, mais surtout dans l'espoir de tomber…

Huile essentielle de niaouli: Le nom scientifique du niaouli est [Melaleuca viridiflora] ou [Melaleuca quinquenervia], cette plante…

Huile essentielle de pin sylvestre: Cette huile de couleur jaune pale est obtenue des aiguilles de l'arbre. L'huile essentielle de pin…

Anxiété et homéopathie: L'homéopathie est un remède très utilisé pour lutter contre l'anxiété, celle-ci se traduit généralement par…

Soigner le bégaiement: Nous nous sommes tous déjà moqués d'un bègue que ce soit intentionnellement ou pas. Si le seul sentiment…

Comment soigner la cruralgie ?: La cruralgie est une pathologie du nerf crural ou nerf fémoral. Elle provoque des douleurs de la partie…

Coloncythis pour traiter la gastrite et l’ulcère: Colocynthis est un médicament homéopathique extrait du fruit de la coloquinte. Ce remède homéopathique est…